CBH < Isolation < Isolation thermique par l’intérieur
 

Isolation thermique par l’intérieur

Vous souhaitez améliorer votre confort et faire des économies d’Energie ? Certifié RGE EcoArtisan, nous vous proposons une approche globale de la performance énergétique pour isoler vos combles, rampants, sols, plafonds, murs intérieurs etc. Prenez contact avec nos équipes pour réaliser un diagnostic et un devis gratuit.

Devis et diagnostic gratuit sous 48h

    J’accepte que ces informations soient utilisées pour répondre à ma demande.*
    J’accepte de recevoir des sms/emails (offres, infos, actus, etc).
    En savoir plus

    Pourquoi nous faire confiance pour vos travaux d'isolation ?

    Le choix d'une entreprise certifiée et qualifiée
    La certification Qualibat RGE Eco-Artisan vous garantit des prestations de qualité et vous permet de bénéficier d'aides à la rénovation énergétique.
    Une expertise technique depuis 1997
    Faites confiance à une entreprise Bretonne experte en isolation depuis plus de 20 ans.
    Nos clients : nos meilleurs ambassadeurs
    Plus de 12 000 clients nous ont fait confiance pour la réalisation de leurs travaux de rénovation énergétique. Et vous ?

    Parlez-nous de votre projet

    Choisissez l'agence près de chez vous

    du lundi au vendredi de 09h à 18h

    02 99 96 48 36

    Pourquoi isoler votre maison ?

    Il existe tout un tas de bonnes raisons pour isoler votre maison. Que ce soit pour améliorer votre confort intérieur ou pour diminuer les déperditions de chaleur, isoler efficacement apportera de nombreux bénéfices.

    5 bonnes raisons d’isoler sa maison 

    • Réduire votre facture énergétique : une isolation intérieure performante permettra de limiter les déperditions de chaleur et donc de réduire l’utilisation du chauffage en hiver ou la climatisation en été. Selon le ministère de l’Écologie, le chauffage représente 70% de la consommation énergétique des ménages français.  L’isolation thermique est donc le meilleur moyen de réduire le montant de votre facture de façon durable.
    • Apporter du confort en été comme en hiver : un isolant efficace permet de conserver la chaleur dans la maison l’hiver, la fraicheur l’été grâce à la diminution des zones de déperdition thermique et l’équilibre des échanges hygrothermiques de votre habitat.
    • Valoriser votre logement : si vous souhaitez vendre ou louer votre logement, un diagnostic de performance énergétique doit être réalisé par un professionnel pour déterminer la valeur de l’étiquette de votre habitat (A, B, C, D, E, F ou G). Un réel critère de choix, au même titre que la surface, le prix ou encore la localisation pour les potentiels acheteurs ou futurs locataires de votre bien immobilier. Une bonne isolation augmentera donc la valeur de votre maison ou appartement. Les maisons anciennes disposant d’une étiquette A ou B se sont vendues en moyenne 6% à 14% plus cher que celles ayant une étiquette D. 25% du parc de logement en France a une étiquette énergétique classée en F ou G
    • Réduire votre empreinte écologique : après le transport, le bâtiment représente 25% des émissions de gaz à effet de serre. L’habitat à lui seul concentre 70% des émissions du secteur. Une bonne isolation est synonyme de consommation réduite. En isolant efficacement votre logement vous diminuerez votre empreinte carbone. En rejetant moins de CO2, vous contribuez à réduire les gaz à effet de serre et donc protégez l’environnement et votre santé.
    • Profitez des aides à la rénovation énergétique : l’État a mis en place de nombreuses aides pour aider les propriétaires à rénover leur bien (MaPrimeRénov, CEE) et limiter le nombre de passoires énergétiques en France. Ces aides pourront vous permettre d’amortir le budget de vos travaux de rénovation énergétique, d’augmenter la valeur de votre bien, à des coûts raisonnables.  

    Comment isoler l’intérieur d’une maison ?

    Une isolation performante des parois de l’habitat s’impose pour empêcher la fuite des calories du chauffage.

    L’isolation Thermique par l’intérieur (ITI) consiste à intégrer un isolant sur la face intérieure du mur. Très fortement développée dans la construction neuve, pour sa simplicité de mise en œuvre et son coût peu élevé, l’ITI est également le principal mode constructif capable de répondre aux exigences de rénovation thermique du patrimoine architectural ancien en évitant de modifier l’aspect extérieur de la façade. Cependant, elle entraîne une réduction de la surface des pièces, des gênes possibles, par exemple pour l’ouverture des fenêtres du fait de l’épaisseur additionnelle, une mise en œuvre qui peut être contraignante dans le cas de prises, canalisations ou autres équipements à démonter.

    Selon les parois, l’épaisseur de l’isolation varie de 20 cm pour les murs, 30 à 40 cm pour les combles perdus ou aménageables, et 10 cm pour les planchers sur vide sanitaire ou sur terre-plein.

    Les gains énergétiques peuvent être diminués à cause des ponts thermiques. Toute partie non isolée de la maison est à l’origine de pertes thermiques, de transmission de bruits indirects et de phénomènes de condensation. L’isolation Thermique par l’Intérieur (ITI) nécessite donc de veiller à ce qu’il n’y ait pas de rupture de la continuité de l’isolant. Aussi, il faut vérifier sa continuité plus particulièrement au niveau des points singuliers :

    • Assurer la reconstitution de l’isolation au niveau des jonctions (plancher, plafond, huisseries et vitrages)
    • Assurer le jointement des passages de câbles, des prises de courant, des pieds de doublage
    • Les boitiers de connexions électrique doivent être étanches.

    Attention : Une isolation ne doit jamais être exécutée sur une paroi présentant des signes d’humidité. Les causes d’humidité sont multiples (mauvaise ventilation, remontée d’humidité du sol…

    Isolation des combles et rampants

    La toiture est souvent la partie la plus facile à traiter. La pose est plus simple et nécessite bien souvent moins de travaux de finition que pour les autres parties de la maison. Le coût des travaux est souvent moins élevé que celui de l’isolation des murs. Le choix des travaux à réaliser et des techniques possibles dépend de l’état de la charpente et de la couverture, de l’usage des combles et de la place disponible pour poser le matériau.

    Il existe deux types de combles : aménageables ou perdus. Il vous faudra bien faire la différence entre ces deux aménagements pour définir la technique et les matériaux adaptés à vos besoins. Pour le premier, vous avez peut-être des envies de rénovation d’un grenier, d’une chambre supplémentaire ? Pour le second cas, un comble perdu est une surface non habitée.

    Combles aménageables : dans ce cas de figure il faudra isoler les rampants de la toiture avec des matériaux ayant une résistance thermique suffisante. S’ils sont déjà aménagés, vous pouvez isoler vos rampants grâce à notre solution d’isolation par l’extérieur (ITE). Cette technique permet d’isoler les rampants de toiture sans avoir à casser les aménagements déjà réalisés en retirant seulement quelques ardoises. Pour des combles à aménager, l’isolation des rampants par l’intérieur est également envisageable. Le matériau sera alors fixé grâce à une ossature et pourra être camouflé avec du placo.

    Combles perdus : ils ne sont pas destinés à être habités. Ils ne sont pas chauffés et doivent être séparés du logement chauffé par une barrière isolante. Ils peuvent s’étendre sur toute la surface de l’habitation et être responsable de déperdition de chaleur pouvant aller jusqu’à 30% des pertes de chaleur. Vous pourrez isoler vos combles perdus au niveau du plancher soit avec la technique du soufflage ou en déposant des panneaux sur toute la surface de votre sol. 

    Isolation des murs

    Les murs intérieurs sont la deuxième source de déperdition de chaleur (25%) après la toiture (30%). Si vous souhaitez limiter les déperditions thermiques, pensez à isoler les murs de votre maison. Isoler vos murs peut être l’occasion de penser à remplacer vos menuiseries extérieures qui représentent quant à elles 13% des déperditions. Cette association vous permettra de réduire au maximum les pertes de chaleur et donc de réaliser des économies sur vos factures. L’isolation des murs vous permettra également de limiter les nuisances sonores liées aux bruits provenant de l’extérieur, notamment si vous habitez proche d’une zone bruyante.

    Il existe différentes techniques pour isoler les murs de votre maison par l’intérieur. Le matériau peut être posé sou forme de plaque, en rouleau semi-rigide pour éviter le tassement dans le temps et prolonger la durée de vie de votre isolant.

    L’isolation des murs par l’intérieur est idéale pour :

    Les maisons anciennes possédant une façade extérieure à ne pas détériorer (pierres apparentes, briques et pierres, enduit beurré, etc.).

    Les façades extérieures présentant des particularités architecturales (nombreuses baies vitrées, balcons, bow-window etc.). 

    Les façades extérieures ne nécessitant pas de ravalement.

    Comment choisir le bon matériau ?

    Il est important d’utiliser un matériau isolant ayant des caractéristiques techniques et une forme adaptée à la surface ou la paroi à isoler : en vrac (remplissage par soufflage, insufflation ou granulats), souple et semi-rigide (rouleaux), rigide (panneaux). Pour garantir la longévité de votre isolation il est important d’éviter le tassement de celle-ci.

    Outre les caractéristiques techniques à prendre en compte dans le choix de l’isolant, de nombreux matériaux s’adaptent parfaitement à l’isolation des murs par l’intérieur.

    Il existe 3 familles d’isolants :

    Les isolants minéraux

    Certainement les plus répandues aujourd’hui du fait de leur coût moins élevé, la laine de verre ou encore la laine de roche sont fréquemment utilisés pour l’isolation des murs.

    La laine de verre

    La laine de verre est obtenue à partir de la fusion de sables siliceux et/ou de calcin (verre recyclé). Voici les étapes de sa fabrication :

    • Filage de la matière en fusion
    • Imprégnation de résine phénolique ou d’un liant associant composants organiques et végétaux (exemple : Gamme G3)
    • Cuisson et mise en forme

    Elle se présente sous forme : souple (rouleaux), semi-rigide (panneaux), rigide (panneaux) et vrac (insufflation).

    Ses atouts :

    • Résistance au feu
    • Imputrescible
    • Très perméable à la vapeur d’eau
    • Conductivité thermique : 0,032 ≤ λ ≤ 0,042 W/(m.K)
    • Bonnes performances phoniques selon la densité
    • Ressources abondantes
    • Potentiellement recyclable mais filière inexistante

    La laine de roche

    La laine de roche est issue d’un minerai volcaniques (basalte).

    La fabrication de la laine de roche :

    • Filage de la matière en fusion (avec liant)
    • Cuisson et mise en forme

    Elle se présente sous forme : souple (rouleaux), semi-rigide (panneaux), rigide (panneaux) et vrac (insufflation).

    Les atouts :

    • Résistance au feu
    • Imputrescible
    • Très perméable à la vapeur d’eau
    • Conductivité thermique : 0,034 ≤ λ ≤ 0,044 W/(m.K)
    • Bonne contribution au confort d’été
    • Bonnes performances phoniques selon la densité
    • Ressources abondantes
    • Potentiellement recyclable mais filière inexistante

    Les isolants naturels

    Plus respectueux de l’environnement, la ouate de cellulose, les fibres de bois, la laine de lin, de chanvre, de coton ou encore le liège ont des performances thermiques et une durée de vie plus élevées.

    La ouate de cellulose

    La ouate de cellulose est issue essentiellement de journaux recyclés.

    La fabrication de la ouate de cellulose :

    • Le papier est broyé et défibrés en flocons puis stabilisé par incorporation de divers agents (notamment sel de bore)
    • Adjonction de fibres de texturation (polyester) pour mise en rouleaux et panneaux

    La ouate de cellulose se présente sous forme : souple (rouleaux), semi-rigide (rouleaux) et vrac (insufflation ou projection).

    Ses atouts :

    • Grande légèreté (masse volumique : ρ ≤ 70 kg/m3)
    • Perméable à la vapeur d’eau
    • Bon régulateur hygroscopique
    • Conductivité thermique : 0,038 ≤ λ ≤ 0,044 W/(m.K)
    • Bonne contribution au confort d’été
    • Performances phoniques intéressantes selon la densité
    • Matière première abondante issue du recyclage
    • Recyclage possible en isolant mais valorisation en énergie car filière non organisée

    La fibre de bois

    La fibre de bois est issue de déchets de bois résineux.

    La fabrication de la fibre de bois :

    • Défibrage de chutes de bois
    • Formation d’une pâte par adjonction d’eau, d’adjuvants et de liants (possibilité : lignine comme seul agglomérant)
    • Coulage, laminage, séchage et mise en forme

    La fibre de bois se présente sous forme : souple (rouleaux), semi-rigide (panneaux), rigide (panneaux) et vrac (insufflation).

    Ses atouts :

    • Perméable à la vapeur d’eau
    • Bon régulateur hygroscopique
    • Conductivité thermique : 0,038 ≤ λ ≤ 0,055 W/(m.K)
    • Bonne contribution au confort d’été
    • Bonnes performances phoniques selon la densité
    • Pas d’émission de particules
    • Matière première renouvelable
    • La laine de chanvre

    La laine de chanvre

    La laine de chanvre est issue de la plante annuelle chanvre.

    La fabrication de la laine de chanvre :

    • Effilochage et expansion mécaniques de la chènevotte (partie fibreuse de la plante) en laine
    • Adjonction de fibres de texturation (polyester)
    • Mise en forme

    Elle se présente sous forme : souple (rouleaux) et semi-rigide (rouleaux).

    Ses atouts :

    • Grande légèreté (masse volumique : 25 ≤ ρ ≤ 40 kg/m3)
    • Bon régulateur hygroscopique
    • Conductivité thermique : 0,039 ≤ λ ≤ 0,042 W/(m.K)
    • Bonne contribution au confort d’été
    • Performances phoniques intéressantes selon la densité
    • Matière première renouvelable

    La laine de coton

    La laine de coton est issue essentiellement de coton industriel recyclé.

    La fabrication de la laine de coton :

    • Découpage, hachage et défibrage des tissus
    • Adjonction de fibres de texturation (polyester)
    • Mise en forme

    Elle se présente sous forme : souple (rouleaux) et semi-rigide (rouleaux).

    Ses atouts :

    • Grande légèreté (masse volumique : 18 ≤ ρ ≤ 75 kg/m3)
    • Perméable à la vapeur d’eau
    • Bon régulateur hygroscopique
    • Conductivité thermique : 0,039 ≤ λ ≤ 0,048 W/(m.K)
    • Performances phoniques intéressantes selon la densité
    • Matière première abondante issue du recyclage
    • Recyclable en isolant ou alors valorisation en énergie

    La laine de lin

    La laine de lin est issue de la plante annuelle lin.

    La fabrication de la laine de lin :

    • Traitements aux sels minéraux (sel de bore ou silicate de sodium)
    • Cardage (peigne) des fibres courtes (bas de la tige non utilisée dans l’industrie textile) en laine
    • Adjonction de fibres de texturation (polyester) ou de colles à base de fécule de pomme de terre ou d’amidon de maïs
    • Mise en forme

    Elle se présente sous forme : souple (rouleaux) et semi-rigide (rouleaux).

    Ses atouts :

    • Grande légèreté (masse volumique : 20 ≤ ρ ≤ 35 kg/m3)
    • Perméable à la vapeur d’eau
    • Bon régulateur hygroscopique
    • Conductivité thermique : 0,037 ≤ λ ≤ 0,044 W/(m.K)
    • Performances phoniques intéressantes selon la densité
    • Matière première renouvelable

    Les isolants synthétiques

    La mousse de polyuréthane (PUR), le polystyrène expansé (PSE) et le polystyrène extrudé (XPS) possèdent, quant à eux, des performances thermiques importantes. Ils sont d’une grande légèreté tout en bénéficiant d’une haute incompressibilité. Ils sont toutefois peu, voire très peu, perspirant (capacité d’une paroi à évacuer la vapeur d’eau générée par les occupants dans une habitation). Résultant d’une réaction chimique entre différents composants organiques (PUR – polyol, isocyanate, gaz expanseur CO2, additifs) ou à base de résidu de raffinage de pétrole (PSE et XPS), ils ne sont donc pas très écologiques.

    Pour plus d’informations sur les produits pouvant s’adapter à votre projet, contactez CBH pour réaliser un diagnostic et un devis gratuit et pour connaitre le tarif de ces différents isolants.

    Quel est le meilleur isolant pour les murs intérieurs ?

    Parmi tous ces types d’isolant ayant des caractéristiques propres (propriétés thermiques, prix, composition) certains matériaux se distinguent par leurs performances.

    BIOFIB Trio : composée de chanvre, de lin et de coton, la Biofib est une solution d’isolation thermo acoustique globale. Ce produit offre des performances thermiques optimum en vous assurant un confort été comme hiver. Elle possède un temps de déphasage supérieur aux matériaux minéraux et à une durée de vie dans le temps plus importante grâce à ses fibres très résistantes.  La Biofib régule naturellement l’hygrométrie intérieure.

    La laine de roche : produit issu du basalte. Ses composantes conservent leurs propriétés thermiques très longtemps. Aussi efficace sur le plan thermique en hiver qu’en été, elle conserve un très bon rapport qualité/prix et un excellent classement au feu.

    Quelle épaisseur d’isolation pour les murs intérieurs ?

    Lorsque l’on envisage de réaliser des travaux d’isolation, il est important de prévoir une épaisseur d’isolant suffisante pour garantir son efficacité. Laine de verre, laine de roche, ouate de cellulose ou encore laine de bois, chaque isolant possède des critères thermique différents et donc nécessite une épaisseur plus ou moins importante.

    L’épaisseur adaptée pour isoler vos murs intérieurs se situe en moyenne entre 12cm et 18cm. Cette épaisseur varie en fonction du matériau choisi afin d’obtenir la bonne résistance thermique.

    La certification ACERMI (Association pour la Certification des Isolants) complète le marquage CE de ces produits. Toutes les caractéristiques déclarées sont certifiées : elles sont à minima la résistance thermique, la conductivité, le comportement à l’eau, le comportement mécanique (et, selon les cas, la réaction au feu). Cela permet de choisir le produit qui convient à un bâtiment donné et selon son application dans l’ouvrage.

    Les documentations des fabricants reprennent ces éléments et les explicitent pour offrir à l’utilisateur toutes les informations nécessaires pour un choix adapté à leurs besoins.

    Quel est le prix d’une isolation intérieure ?

    Le budget à prévoir pour un devis d’isolation intérieure peut varier en fonction de différents critères. La surface à isoler est l’un des éléments constitutifs du prix de vos futurs travaux d’isolation intérieure. Plus la surface à isoler sera grande, plus le budget augmentera. De plus, le choix du matériau entrera en compte dans la tarification de votre devis. Il existe aujourd’hui de nombreux produits isolants ayant des performances plus ou moins élevées en fonction de leur épaisseur, qualité, ou encore origine. La conductivité thermique jouera un rôle important dans le coût de vos travaux d’isolation.

    Il existe cependant de nombreuses aides permettant de diminuer le coût de vos travaux de rénovation énergétique. Pour connaitre les tarifs de votre projet d’isolation, contactez CBH pour réaliser un diagnostic et un devis gratuit.

    Pourquoi faire confiance à CBH pour la réalisation de votre isolation ?

    Certifié Qualibat RGE Eco-artisan « efficacité énergétique »

    Le label RGE Eco-Artisan repose sur 3 engagements :

    • Évaluation thermique globale : Nous vous proposons un diagnostic des performances globales de votre logement grâce à des outils adaptés.
    • Conseil global en matière d’efficacité énergétique : Nous vous proposons des solutions efficaces adaptées à vos besoins et à votre habitat, dans le but d’améliorer l’efficacité thermique de votre logement.
    • Réalisation des travaux et contrôle qualité : Nous nous engageons à réaliser des travaux de qualité au sein de votre habitat. Nous sommes régulièrement audités par QUALIBAT sur des chantiers ayant été effectués, dans le but de vérifier le respect de nos engagements.

    Utilisation d’isolants biosourcés

    Engagés dans la transition énergétique, nous avons à cœur de travailler avec des fournisseurs et artisans locaux ayant des valeurs environnementales fortes (production de matériaux issus de filières eco-logiques, utilisation de matériaux renouvelables, fabrication française etc.). Nous vous proposons des produits biosourcés résistants et certifiés. Les isolants écologiques garantissent un habitat sain et non allergène.


    Besoin d'améliorer votre isolation ? Faites appel à un de nos experts

    Besoin d'en savoir plus ? Voici les questions
    les plus fréquentes sur le sujet

    A quoi correspond la résistance thermique d'un isolant ?

    La résistance thermique est caractérisée par la lettre "R" et prend en compte 2 éléments : la conductivité thermique  "λ (lambda)" et l'épaisseur "e" de l'isolant. La conductivité représente la capacité d'un matériau à conduire de manière plus ou moins rapide les flux de chaleur qui le traverse. En fonction du type de travaux d'isolation que vous réalisez, la résistance thermique doit être plus ou moins élevée. La résistance thermique est imposée dès lors que vous obtenez une aide financière pour la réalisation de vos travaux (éco-prêt à taux zéro, crédit d'impôts, TVA réduite etc.).


    Il existe deux types de combles : aménageables ou perdus. Il vous faudra bien faire la différence entre ces deux aménagements pour définir la technique et les matériaux adaptés à vos besoins.

    Combles aménagés : il est préférable d'opter pour l'ITE isolation thermique par l'extérieur, cette technique permet d'isoler les rampants sans avoir à casser les aménagements déjà réalisés.

    Combles à aménager, vous pouvez opter pour les deux solutions (par l'intérieur et par l'extérieur). L'isolation par l'intérieur impliquera une légère perte de place à prendre en compte avant de réaliser des travaux.

    Combles perdus, vous pourrez isoler par l'intérieur au niveau du plancher soit avec la technique du soufflage ou en déposant des panneaux sur toute la surface de votre sol. 


    Oui ! Plus respectueux de l’environnement, la ouate de cellulose, les fibres de bois, la laine de lin, de chanvre, de coton ou encore le liège ont des performances thermiques et une durée de vie plus élevées.


    L’État a mis en place de nombreuses aides pour aider les propriétaires à rénover leur bien (MaPrimeRénov, CEE, Anah, Eco-prêt à taux zéro, chèque énergie, aides locales, TVA à 5.5%, Coup de pouce économie d'énergie) et limiter le nombre de passoires énergétiques en France. Ces aides pourront vous permettre d’amortir le budget de vos travaux de rénovation énergétique, d’augmenter la valeur de votre bien, à des coûts raisonnables. 

    Attention à bien respecter la résistance thermique (R) adaptée et imposée dès lors que vous obtenez une aide financière pour la réalisation de vos travaux.


    Certains signes doivent vous alerter : sensation de froid permanente même avec le chauffage en marche, chaleur étouffante l'été ou encore différence de température importante entre le rez-de-chaussée.

    N'hésitez pas à nous contactez. Nous réaliserons un diagnostic gratuit de votre isolation à l'aide d'une caméra thermique permettant de visualiser les ponts thermiques.


    Un pont thermique représente tout défaut d'isolation entrainant des pertes de chaleur au sein d'un logement. Ils peuvent être dus à une mauvaise installation des matériaux, le choix d'un isolant de mauvaise qualité ou inapproprié, ou encore à un taux d'humidité trop élevé entrainant la présence de champignons.

    On les localise la plupart du temps au niveau des murs, de la toiture, des plafonds, des planchers ou encore sur les ouvertures (portes, fenêtres…).