CBH < Traitement et entretien des surfaces < Traitement des bois et champignons < Insectes à larves xylophages < Vrillette du bois : comment se débarrasser de l’insecte à larves xylophages ?
 

Vrillette du bois : comment se débarrasser de l’insecte à larves xylophages ?

À long terme, leurs larves peuvent créer des dégâts considérables. Le traitement contre les vrillettes existe. Encore faut-il établir au préalable le bon diagnostic et appliquer le produit biocide adéquate.

Devis et diagnostic gratuit sous 48h

    J’accepte que ces informations soient utilisées pour répondre à ma demande.*
    J’accepte de recevoir des sms/emails (offres, infos, actus, etc).
    En savoir plus

    Pourquoi nous faire confiance pour vos travaux de traitement de l'habitat ?

    Le choix d'une entreprise certifiée et qualifiée
    Certifié CTB A+, ce label vous garantit une expertise optimale lors de la réalisation de vos travaux de traitement de l'habitat.
    Une expertise technique depuis 1997
    Faites confiance à une entreprise Bretonne experte en traitement des bois, champignons, toitures et façades depuis plus de 20 ans.
    Nos clients : nos meilleurs ambassadeurs
    Plus de 12 000 clients nous ont fait confiance pour la réalisation de leurs travaux d'amélioration de l'habitat. Et vous ?

    Parlez-nous de votre projet

    Choisissez l'agence près de chez vous

    du lundi au vendredi de 09h à 18h

    02 99 96 48 36

    Dans la famille des insectes à larves xylophages, la vrillette des bois est un nuisible que la Bretagne et ses habitants connaissent bien. La petite vrillette, la grande vrillette et dans une moindre mesure la vrillette des bibliothèques ont un point en commun. Elles raffolent des bois, forent des galeries dans nos charpentes ou se repaient de nos solives.

    La vrillette du bois : principales caractéristiques

    Adulte, la vrillette du bois est un insecte de couleur brune. À l’image du lyctus ou du capricorne des maisons, le petit coléoptère se nourrit du bois de nos habitations. Les femelles pondent de 20 à 100 œufs en moyenne selon l’espèce. Elles les déposent dans les fentes naturelles et autres aspérités des charpentes, des planchers ou des poutres. Après 4 semaines d’incubation, les larves éclosent et forent des galeries au sein des structures boisées.

    La longévité de ces nuisibles à l’état larvaire est impressionnante. On parle de 9 mois à 10 ans selon les conditions dans lesquelles elles se développent. Une longévité exceptionnelle qui explique dans les cas extrêmes l’affaissement des charpentes.

    Petites, grosses vrillettes : comment reconnaître les 2 espèces

    Il existe 4 espèces de vrillettes, dont 2 principalement mangeuses de bois. Parmi celles qui sont nocives pour les habitations, les petites et grandes vrillettes sont celles qui provoquent des ravages dans les charpentes et structures boisées. Pour les autres genres, la vrillette des bibliothèques dévore les livres. La vrillette du pain se nourrit quant à elle des restes de nourriture.

     Petite vrillette du bois adulte (Anobium punctatum) :

     Grosse vrillette du bois adulte (Xestobium rufovillosum)

    • Taille : 5 à 7 mm. Le coléoptère possède une sorte de carapace
    • Couleur : brun foncé
    • Ponte : 100 œufs
    • Saison de la ponte : avril à mai
    • Bois attaqué : le chêne, les résineux
    • Signe de sa présence : des trous circulaires de 2 à 4 mm, sciure à l’intérieur du matériau, bruit émis par les grandes vrillettes mâles lors de la parade nuptiale

    La Bretagne, le climat parfait pour les vrillettes

    Ces insectes mangeurs de bois sont présents dans tout l’Hexagone. Ce qui ne les empêche pas d’avoir des zones géographiques de prédilection. La Bretagne, avec son climat océanique, en est le parfait exemple. Il faut savoir que ce ne sont pas les vrillettes adultes qui creusent les structures, mais bien leurs larves qui se nourrissent des fibres du bois. Leur cycle de transformation varie selon plusieurs critères.

    Les larves se nourrissent de la cellulose pendant plusieurs années puis remontent à la surface en creusant un petit trou de sortie. 

     La présence de pourriture cubique ou d’humidification anormale explique en partie leur présence. Les nuisibles, notamment la grande vrillette, profitent des conditions d’humidité et de chaleur pour proliférer et ronger une structure colonisée par des champignons lignivores. Ces insectes à larves xylophages ne s’installent qu’à partir d’un taux d’humidité du bois autour de 22 % et d’une température avoisinant les 22 à 25°. De manière générale, les anciennes bâtisses sont sujettes à la colonisation de ces insectes et de ces larves.  

    Comment prévenir l’apparition des vrillettes ?

    Prévenir l’apparition des vrillettes, c’est possible ! Une série de gestes ou d’action préventifs simples évite l’apparition des insectes du bois chez vous.

    • Vérifiez qu’il n’y a pas d’infiltration d’eau
    • Contrôlez régulièrement l’état de votre charpente et boiserie
    • Contrôlez la température intérieure de votre habitat

    Traitement contre les vrillettes sur la charpente

    Éradiquer seul les insectes à larves xylophages est une tâche ardue. Petites et grosses vrillettes sont très discrètes. Les larves peuvent attaquer la charpente pendant des années jusqu’à fragiliser l’édifice. Et malgré une batterie de produits chimiques disponibles à la vente, il est difficile de savoir si toutes les zones touchées seront bien couvertes.

    Chez CBH, nous sommes des professionnels des pathologies du traitement des bois. Avant toute action, nos experts établissent un diagnostic. Selon le diagnostic établi, un traitement préventif ou curatif, plus en profondeur, est préconisé. Pour ce dernier, notre équipe pratique les étapes suivantes :

    • Sondage : vérification des zones infectées de manière mécanique par nos équipes
    • Bûchage : il représente 75% de l’intervention. À savoir éliminer les parties vermoulues
    • Brossage : élimination de toute la vermoulure
    • Dépoussiérage : dernière étape de grattage sur les zones à protéger avant injection
    • Traitement par injection : la fumigation contre les larves des vrillettes repose sur une injection au cœur du bois, afin d’empoisonner toute présence néfaste des insectes à larves xylophages.

    Avant / Après traitement

    Le saviez-vous ?

    Le conseil de l’expert

    Au moment de la reproduction, la grosse vrillette mâle entame une étrange parade nuptiale. Elle va littéralement cogner sa tête de manière répétée contre les charpentes, plinthes et parquets en bois. La grosse vrillette émet un bruit qui se propage dans les structures boisées. Ce signe distinctif peut même être entendu par les occupants du foyer. Le son provoqué attire le sexe opposé pour la reproduction. Ce ballet lui a prévalu le surnom « d’horloge de la mort ».

    Où pouvons-nous intervenir ?

    Nous intervenons à travers tout le grand Ouest de la France : Rennes, Brest, Nantes, Quimper, Lorient, Concarneau, Vannes, Saint-Brieuc, Lamballe, Loudéac, Pontivy mais aussi Angers, Laval, Mayenne, Fougères, Saint-Malo, Dinan, Dinard, Lanester, Auray, Carhaix, Lannion, Morlaix, Guingamp, Ploërmel, Chateaubriant, etc.


    N'attendez pas que votre habitation se dégrade, faites appel à un de nos experts

    Besoin d'en savoir plus ? Voici les questions
    les plus fréquentes sur le sujet

    Quelles différences y-at il entre la petite et la grande vrillette ?

    Si la petite vrillette est très intrusive et peut se trouver un peu partout (charpente, escalier, meubles, etc.), la grosse vrillette quant à elle ne peut se développer que sur des bois humides préalablement fragilisés par un champignon lignivore. Les dégâts peuvent être très importants même sur un bois de feuillus (chêne, châtaigner, etc.). La grosse vrillette est donc symptomatique de pathologies dans un logement.


    C’est le coléoptère qui dépose ses œufs dans le bois. Les larves se nourrissent de la cellulose pendant plusieurs années puis remontent à la surface en creusant un petit trou de sortie. Elles se transforment à leur tour en coléoptère. Le cercle infernal continue donc à défaut de traitement. On peut souvent retrouver les insectes, les voir sortir du bois à partir de mars/avril.


    Non, elles sont exclusivement dangereuses pour le bois. Une charpente fortement attaquée peut toutefois se retrouver en défaut de résistance mécanique qui peut présenter un danger pour les occupants.


    Il n’y a pas de saison particulière. L’idéal est de traiter au plus tôt et dès les premiers symptômes dans son logement. J’attire néanmoins l’attention sur l’importance du diagnostic et de l’éventualité d’un traitement lorsqu’on entreprend des travaux de rénovation. C’est un enjeu suffisamment important et l’occasion de rénover est souvent propice à la détection et à la prise en charge des problématiques d’insectes à larves xylophages. Il est impossible de traiter une charpente une fois que les combles sont aménagés.


    Comme tous traitements curatifs, les méthodes sont dépendantes du type de bois et de la gravité de l’attaque. Néanmoins, il sera toujours question de résoudre l’infestation par des traitements à cœur et/ou pulvérisation de produits professionnels. Il est primordial d’avoir l’avis d’un homme de l’art certifié comme l’est CBH.


    Il n’y a aucune subvention que ce soit pour réaliser un diagnostic ou un traitement. Mais faire appel à un professionnel certifié peut déjà permettre d’avoir un contrôle strict des éléments de charpente gratuitement.


    Traiter la vrillette du bois près de chez vous