CBH < FAQ < Traitement du bois

FAQ > Traitement du bois

Comment reconnaître la mérule ?
La mérule est un champignon consommant la cellulose du bois pour assurer son développement et pouvant se nicher dans les éléments de maçonnerie. L’infestation est constatée dans la plupart des cas par la présence d’un carpophore (organe reproducteur) représentant une masse difforme parfois de plusieurs dizaines de centimètres, allant du blanc au marron/rouille en phase de reproduction. La mérule se compose également d’un mycélium, partie végétative du champignon qui attaque les éléments contenant de la cellulose. Le mycélium ressemble à une toile d’araignée ou un feutrage de couleur blanc-gris.#merule

Si la petite vrillette est très intrusive et peut se trouver un peu partout (charpente, escalier, meubles, etc.), la grosse vrillette quant à elle ne peut se développer que sur des bois humides préalablement fragilisés par un champignon lignivore. Les dégâts peuvent être très importants même sur un bois de feuillus (chêne, châtaigner, etc.). La grosse vrillette est donc symptomatique de pathologies dans un logement.

#vrillette

Le capricorne des maisons (Hylotrupes bajulus) est un coléoptère dont les larves sont xylophages, c’est-à-dire qu’elles se nourrissent du bois. Cet insecte s’attaque tout particulièrement aux bois de construction, il vit donc dans nos habitations. Tous les bois de type résineux (sapin, pin, etc.) non traités peuvent être touchés et cela concerne l’ensemble du territoire.

#capricorne

Les insectes à larves xylophages regroupent les espèces de parasites dont les larves se nourrissent du bois.

#insectes

La mérule est essentiellement dangereuse pour les bâtiments, mais le contexte général d’humidité du bâti propice à sa présence peut être un facteur aggravant sur la santé des occupants. La mérule présente toutefois un fort taux de toxicité et les enfants sensibles aux microbes peuvent être sujets plus facilement à des maladies respiratoires comme l’asthme ou la bronchite, à des allergies, voire à un empoisonnement en cas d’indigestion.

#merule

C’est le coléoptère qui dépose ses œufs dans le bois. Les larves se nourrissent de la cellulose pendant plusieurs années puis remontent à la surface en creusant un petit trou de sortie. Elles se transforment à leur tour en coléoptère. Le cercle infernal continue donc à défaut de traitement. On peut souvent retrouver les insectes, les voir sortir du bois à partir de mars/avril.

#vrillette

Le coléoptère ne vivant dans les bois que le temps de l’accouplement et de la ponte, c’est la larve qui constitue le risque majeur dans nos charpentes. Or l’insecte parfait dit « imago » reste très discret. Ressortant du bois de juin à septembre, il est rare de pouvoir l’apercevoir. Quant à la larve, elle effectue son travail destructeur bien à l’abri des regards à l’intérieur des bois.

#capricorne

Il y a des signes d’infestation avec des trous de sortie d’insecte plus ou moins gros en fonction de l’espèce et de la sciure qui y coule. Cela entraine une détérioration des éléments de charpente. On retrouve souvent ce genre de problématique sur certains vieux meubles.

#insectes

Heureusement non ! Selon le degré d’attaque du champignon, les travaux peuvent être effectivement importants, mais nous réalisons quotidiennement des chantiers avec succès.

#merule

Non, elles sont exclusivement dangereuses pour le bois. Une charpente fortement attaquée peut toutefois se retrouver en défaut de résistance mécanique qui peut présenter un danger pour les occupants.

#vrillette

Ce sont effectivement les dégâts induits par le capricorne qui permettent de repérer sa présence : trous de sortie ovoïdale, boursoufflures, découverte de galeries après sondage des bois, sciure compacte et farineuse. Cela peut être assez difficile pour le particulier, aussi le mieux restera toujours de demander un diagnostic gratuit à un professionnel certifié.

#capricorne

Les termites sont à distinguer des vrillettes et des capricornes. Pour le termite, c’est l’insecte qui mange le bois et non la larve. Les termites viennent du sol et gagnent la maison par le bas. Très destructifs, ils sont beaucoup moins présents en Bretagne. Les vrillettes et capricornes, quant à eux, viennent par l’intermédiaire d’insectes volants qui déposent leurs larves dans les bois, charpentes, meubles et planchers.

#insectes

Plusieurs champignons présentent des similitudes avec la mérule, dont certains sont tout aussi destructeurs. La mérule est parfois l’arbre qui cache la forêt et il est impératif d’être extrêmement rigoureux dans le diagnostic. Selon la nature du champignon, le procédé de traitement diffère. Les plus courants sont le coniophore et l’antrodia vaillantii, tous deux comme la mérule de pourriture cubique, et le donkoria de pourriture fibreuse. Il n’est d’ailleurs pas rare d’avoir plusieurs champignons différents dans un même logement.

#merule

Il n’y a pas de saison particulière. L’idéal est de traiter au plus tôt et dès les premiers symptômes dans son logement. J’attire néanmoins l’attention sur l’importance du diagnostic et de l’éventualité d’un traitement lorsqu’on entreprend des travaux de rénovation. C’est un enjeu suffisamment important et l’occasion de rénover est souvent propice à la détection et à la prise en charge des problématiques d’insectes à larves xylophages. Il est impossible de traiter une charpente une fois que les combles sont aménagés.

#vrillette

Comme toutes sociétés certifiées CTB A+, les traitements curatifs doivent tenir compte de l’essence du bois, du type d’attaque et de son degré lorsque nous sommes face à une infestation.

Le capricorne ne s’attaquant exclusivement qu’aux résineux, il est impératif de traiter à cœur les éléments de charpente soit par injection, soit par un gel autopénétrant. Le traitement préventif quant à lui, a pour intérêt de préserver le bois avant toute attaque.

#capricorne

Non, il n’est pas nécessaire d’établir un diagnostic au préalable. Dans notre démarche d’accompagnement, nous commençons par un diagnostic de la situation. Nous nous déplaçons gratuitement pour informer et accompagner nos clients. Ce diagnostic ne doit pas être confondu avec le diagnostic parasitaire obligatoire lors de la vente d’un logement.

#insectes

Non, quel que soit d’ailleurs le champignon. Il est important, pour ne pas dire capital, d’avoir une approche réalisée par un professionnel certifié. Si certaines étapes du traitement peuvent paraitre accessibles pour un particulier, c’est une méthode stricte et complète qui permettra l’éradication de la mérule, notamment par l’application de produit par injection dans la maçonnerie et par pulvérisation. Or ces produits ne peuvent être achetés et utilisés que par un professionnel ayant une certification délivrée par le ministère de l’Environnement (le CertiBiocide).

#merule

Comme tous traitements curatifs, les méthodes sont dépendantes du type de bois et de la gravité de l’attaque. Néanmoins, il sera toujours question de résoudre l’infestation par des traitements à cœur et/ou pulvérisation de produits professionnels. Il est primordial d’avoir l’avis d’un homme de l’art certifié comme l’est CBH.

#vrillette

Les prix peuvent varier en fonction des surfaces de bois, du type de traitement à effectuer, du degré d’attaque, des accès et des contraintes du chantier. Un traitement efficace réalisé dans les règles de l’art est un travail plus complexe qu’il n’y parait. Cela réclame une exigence forte et des produits certifiés exclusivement vendus aux professionnels. Il est difficile de parler prix de manière générale. Cela coutera toujours beaucoup moins cher que de devoir remplacer la charpente si on ne traite pas l’infestation de manière pérenne.

#capricorne

Un traitement efficace nécessite l’usage de produits vendus exclusivement à des professionnels certifiés. Nous déconseillons fortement de traiter soi-même les insectes à larves xylophages pour garantir le résultat dans la durée.

#insectes

Le meilleur diagnostic est celui fait avant l’apparition du champignon si j’ose dire. C’est tout l’intérêt d’avoir à faire à un expert des pathologies du bâti. Cela permet d’avoir des actions correctrices et préventives sur des problématiques d’humidité, de ventilation et tout autre terreau fertile à l’apparition des champignons dont la Serpula lacrymans. Mieux vaut contrôler pour rien plutôt que l’inverse : en cas de doute ou de contexte favorable, il faut consulter un professionnel et lui demander un devis.

#merule

Il n’y a aucune subvention que ce soit pour réaliser un diagnostic ou un traitement. Mais faire appel à un professionnel certifié peut déjà permettre d’avoir un contrôle strict des éléments de charpente gratuitement.

#vrillette

Le préalable étant le diagnostic, nous nous déplaçons gratuitement et jouons pleinement notre rôle de conseil en tant qu’artisan certifié tant auprès des professionnels que des particuliers. Suite au devis puis à l’intervention, notre engagement est de suivre, toujours gratuitement nos clients pendant 3 ans avec des visites annuelles. L’occasion de vérifier l’efficacité du traitement et de continuer à les accompagner sur les pathologies du bois. Enfin, nos traitements sont garantis 10 ans.

#capricorne

Oui, en fonction de l’essence de bois, du type d’attaque et de son degré de gravité. Il y a des nuances sur les méthodes et les produits dont, à travers la certification CTBA+, nous devons tenir compte.

#insectes
La mérule n’est que la conséquence d’un désordre lié au bâti. Traiter sans avoir résolu au préalable les causes du développement du champignon est voué à l’échec. La première chose à faire est de supprimer les sources d’humidité qui alimentent le champignon : gouttière ou toiture défectueuse, joint de baignoire altéré, ventilation insuffisante. Ensuite, c’est l’étape du traitement qui commence avec une méthodologie rigoureuse : mise à nu de la structure, des doublages, enduits, joints. Il faut évacuer toutes les zones où le champignon a pu se loger. Le passage à la flamme est nécessaire de même que l’injection selon un quadrillage précis de la maçonnerie, et enfin la pulvérisation des surfaces traitées. Un périmètre de sécurité de 1 mètre multidirectionnel autour du champignon est impératif pour bien circonscrire la zone d’attaque. Les bois de structure dans la zone infestée seront souvent remplacés, car en défaut de résistance mécanique. C’est un travail conséquent, technique, qui se doit d’être exhaustif. Nous sommes très attachés à une exigence sans faille auprès de nos clients, d’autant que c’est assez anxiogène comme sujet pour eux. Il faut à la fois faire preuve de pédagogie, rester factuel et accompagner les propriétaires avant, pendant et après l’intervention. C’est la raison pour laquelle chez CBH, nous effectuons pendant 3 ans une visite annuelle de contrôle gratuite. #merule

Comme en médecine, si les effets secondaires du médicament sont pires que les symptômes que l’on veut soigner alors il y a un problème.

Évidemment, notre but est de sauvegarder les propriétés mécaniques du bois. Toutefois, si le degré d’attaque l’exige nous pouvons être amenés à remplacer des éléments de charpente défectueux ou d’installer des renforts. 

#insectes

Cela peut aussi vous intéresser :