Les insectes à larves xylophages

Le Centre Breton de l’Habitat, se dote d’une grande connaissance en matière des pathologies du bois. Certifié A+, le Centre présente à l’ensemble de sa clientèle la meilleure protection, et traitement de tous types de bois dévoué à la construction contre les insectes à laves xylophages, qui s’y propagent à travers le temps.

Mais qui sont ces insectes xylophages qui tiennent leur nom du grec ancien signifiant littéralement « qui mangent le bois » et, dont la présence n’est détectable que lors de l’apparition des trous de sortie des larves arrivées à l’âge adulte ?

bois-insectes

La grosse et la petite vrillette (Xestobium rufovillosum)

vrillette

Pour rencontrer la grosse vrillette, il faut que le bois ait été préalablement dégradé par un champignon lignivore. À l’état de larve (durée vie dans le bois entre 1 à 10 ans), elle se reconnaît à son blanc laiteux et mesure de 6 à 11 mm de long. À l’âge adulte (durée de vie de 9 semaines environ), sa couleur vire au brun foncé et elle mesure entre 5 à 7 mm de long.

Indices de présence : trous circulaires d’environ 2 à 4 mm de diamètre, galeries circulaires, vermoulure granuleuse de près de 1 mm de diamètre.

Dégâts de la grosse vrillette


petite-vrillette

La petite vrillette, quant à elle, est friande de mobilier. Elle se reconnaît également à son blanc laiteux à l’état de larve où elle mesure de 5 à 7 mm de long. Elle peut ainsi vivre de 1 à 4 ans avant d’atteindre l’âge adulte (durée de vie de 3 à 4 semaines environ). Dès lors, sa couleur vire au brun foncé et elle mesure entre 2,5 à 5 mm de long.

Indices de présence : trous circulaires de 1 à 3 mm, vermoulure finement granuleuse à la surface du bois.

Le capricorne des maisons (Hylotrupes bajulus)

Très répandu en France, ce mangeur de bois résineux oeuvrés peut y pondre une centaine d’œufs. Excessivement difficile à détecter, sa larve vit en moyenne de 3 à 5 ans. Elle mesure jusqu’à 25 mm de long et s’attaque aussi bien aux charpentes, aux lambris et aux menuiseries. À maturité, le capricorne mesure entre 10 et 20 mm. Il vit moins d’un mois et vole sur des distances courtes quand la température dépasse les 26 °C.

capricorne

Indices de présence : trous de 8 à 10 mm à la surface du bois, mince pellicule de bois bombée par le tassement de la vermoulure de ses déjections d’un beige très clair, parois striées, sourds bruits de grignotage.

Etats successifs du capricorne des maisons.

Dégâts du capricorne

L’hespérophane

hesperophane

Similaire au capricorne dont on le dit cousin, l’hésperophane se consacre, pour sa part, aux bois feuillus.

Sa larve peut mesurer jusqu’à 30 mm et jusqu’à 24 cm à l’âge adulte. Mais sa durée de vie est inférieure au capricorne : elle ne dépasse pas 2 ans.

Indices de présence : similaires à ceux du capricorne, à ceci près que ses déjections sont de couleur jaune claire.

Le lyctus (Lyctus brunneus)

Ce coléoptère n’attaque que les bois riches en amidon : châtaignier, chêne, frêne, orme, robinier et tous les bois tropicaux feuillus.

Sa larve ne dépasse pas les 5 mm de long et vit au maximum un an. À l’âge adulte, il ne vit guère plus de 6 semaines.

lyct

Indices de présence : trous circulaires de 1 à 2 mm de diamètre, vermoulure en forme de petits cônes.


BON À SAVOIR :
Une charpente neuve est garantie 10 ans. Il est indispensable d’empêcher la ponte des insectes à larves xylophages en effectuant régulièrement une double pulvérisation de l’ensemble du bois.

bois2

Les différentes étapes du traitement curatif des bois

Phases préparatoires des traitements des bois

charp-boi

Sondages de tous les bois (obligatoire)

Les experts du CENTRE BRETON DE L’HABITAT sondent mécaniquement tous les bois afin de détecter les zones infestées par les insectes.

Bûchage des parties infestées, représentant 75 % de l’intervention

Les experts du CENTRE BRETON DE L’HABITAT bûchent toutes les parties où une pathologie a été localisée afin d’éliminer les parties vermoulues et mettre à nu le bois sain (étape obligatoire). À la suite du bûchage, nos experts vous signalent les bois dont la résistance mécanique nécessite le passage d’un homme de l’art.

Brossage et dépoussiérage

Les experts du CENTRE BRETON DE L’HABITAT procèdent au brossage de toutes les galeries apparentes creusées par les insectes afin d’éliminer la vermoulure. Puis, ils dépoussièrent les surfaces de tous les bois afin de faciliter la pénétration du produit vers les zones à protéger.

Phase applicative des traitements des bois

Les étapes de traitement du bois, et particulièrement lors de la phase applicative, consiste à l’application entière du biocide, soit une substance chimique entièrement dévoué à l’élimination des larves, sans donner naissances à de nouvelles apparitions de cette espèce sur les bois.

Pour en peaufiner mieux cette intervention :

  • Les experts CBH procède à une double injection des produits liquides sur les surfaces concernées
  • Ainsi qu’un double emploi des produits gels particuliers sur les mêmes surfaces.

Dans les deux cas, l’ensemble des bois en contact avec les maçonneries est traité par injection.

L’injection au cœur du bois, suivant des normes très précises, permet d’empoisonner les substances nutritives, telles que la cellulose, dont se nourrissent les larves pendant 3 à 8 ans. Il s’écoule souvent une farine de bois.


Chaque traitement est unique et complexe. Selon qu’il est préventif, conseillé après 10 à 15 ans sur des bois n’ayant souffert d’aucune pathologie, ou curatif, le traitement est adapté à chaque situation.

Les opérations du traitement du Centre Breton de l’Habitat, se nuancent d’une efficacité absolue, tout au long du cadre des interventions de nos experts, une efficacité qui de traduit en particulier par :

  • Des diagnostiques in situ,
  • Des conseils basés sur des rapports précis,
  • Des devis entièrement gratuits et détaillés,
  • Interventions d’une équipe de connaisseurs certifiée,
  • Suivi, visite et contrôle des lieux de traitement après interventions.

Le centre Breton de l’Habitat collabore en tout professionnalisme, de plus, nos équipes de techniciens et ouvriers sont tous titulaires des certifications en vigueur, permettant l’utilisation des produits de type Biocides, obligatoire depuis début juillet 2015.

Pourquoi le traitement de votre bois doit être fait par des pros ?

Il est important de savoir que le bois en sa qualité de matière, nécessite des traitements et découpages complexes. De plus des matières essentielles qui rentrent dans le traitement de cette matière, qui généralement, sont des produits chimiques, qui forment un fort danger pour les non spécialistes ; De ce fait, les interventions de traitement au cœur de chaque habitat nécessitent la main d’un expert !

contactez-nous